Pensée positive: la suite du dossier

Avant d’aller plus loin

Merci pour ton inscription! Tu viens de recevoir le lien de téléchargement pour le livre “Le Guide des meilleures méthodes naturelles pour accueillir le Bonheur” dans ta boîte email.

Si tu n’as pas reçu l’email d’ici quelques minutes, pense à vérifier ton dossier “spam” ou “courriers indésirables”. Les filtres antispams sont parfois un peu trop sensibles!

Utilisateurs de Gmail: pensez à vérifier votre dossier “Promos” pour les mêmes raisons.

Attention: Si tu étais déjà inscrit sur le blog, tu ne recevras pas cet email puisque tu as déjà reçu le livre au moment de ton inscription 😉

Voici à présent la suite du dossier pensée positive.

Le fameux verre

Nous avons tous conscience de notre pouvoir à voir les choses avec des points de vue différents. C’est l’histoire du fameux verre à moitié vide ou à moitié plein.

De nombreuses recherches ont déjà mis à jour un premier phénomène qui met en relation notre manière de percevoir le verre avec la manière dont il nous est présenté.

Si quelqu’un nous décrit la partie pleine, alors nous penserons plus facilement à cet aspect. On appelle cela le cadre de gain car il se concentre sur les bénéfices, le positif de la situation. On se met alors à aimer le verre.

En revanche, si la description porte notre attention sur la partie vide du verre, alors nous retiendrons cette caractéristique. Cela s’appelle le cadre de perte, dans lequel on se concentre sur le manque, le négatif de la situation. Nous aurons alors tendance à ne pas aimer le verre.

Mais que se passe-t-il lorsqu’on essaye de transformer notre opinion? De passer d’un point de vue négatif à une vision positive? De tenter de voir le verre à moité plein alors qu’on a commencé par le voir à moitié vide?

Pouvons-nous passer d’un état d’esprit à l’autre, ou restons-nous coincés dans notre manière de voir les choses?

Expérience de points de vue

L’équipe d’Alison a mis en place une expérience avec deux groupes de personnes. Le sujet évoqué était celui d’une nouvelle technologie médicale.

Dans le premier groupe, on présenta cette nouveauté sous l’angle positif en mettant en avant les 70% de réussite obtenus. Les gens furent convaincus et donnèrent une opinion favorable envers cette nouvelle procédure.

Dans le second groupe, on se concentra sur les 30% d’échec lors de la mise en place de la nouvelle technique. Les personnes eurent alors une opinion négative et se mirent à ne pas aimer cette approche.

Puis on tenta de les faire changer d’avis.

Dans le premier groupe, celui qui voyait la nouvelle technologie de manière positive, on mis en avant les 30% d’échec. Et bim! Changement d’avis: ils voyaient désormais la nouvelle technologie de manière négative et ne l’aimaient plus.

Les équipes dirent ensuite au second groupe, qui avait une opinion négative, qu’ils pouvaient aussi voir les résultats d’une manière différente et considérer les 70% de réussite. Contrairement au premier groupe, ils ne changèrent pas d’avis! Leur esprit était resté concentré sur le verre à moitié vide, comme collé et attiré par ce point de vue.

Ce qu’il faut retenir de cette expérience, c’est qu’une fois que nous voyons une situation, une personne ou une organisation à travers le cadre de perte, le verre à moitié vide ou encore le point de vue négatif, cette vision colle à notre esprit. Il est très difficile de nous faire changer d’avis, même en mettant en avant le cadre de gain, les côtés positifs.

Pourquoi? Est-il mentalement plus difficile pour nous d’aller du négatif vers le positif? Avons-nous une tendance à aller naturellement et plus rapidement vers le négatif?

Expérience complémentaire

Dans une autre expérience avec deux autres groupes de personnes, on demanda aux participants de faire un calcul très simple. Le scénario était le suivant: une maladie inconnue venait d’apparaître et 600 vies étaient en jeu.

Dans le premier groupe, on posa cette question: si 100 vies sont sauvées, combien seront perdues? Il s’agit donc de convertir du gain vers la perte, du positif vers le négatif.

Puis dans le second groupe: si 100 vies sont perdues, combien seront sauvées? Cette fois-ci, on demande aux participants de convertir de la perte vers le gain, du négatif vers le positif.

La réponse est la même dans les deux cas et l’opération de calcul demandée est simple. Il suffit de faire 600-100=500. La seule chose qui diffère est qu’un groupe doit convertir de la perte vers le gain, alors que l’autre doit aller du gain vers la perte.

L’expérience consistait à mesurer en combien de temps les membres des groupes répondaient à la question. Les résultats furent surprenants! Les personnes du groupe qui devait convertir du gain vers la perte (groupe 1) mirent en moyenne 7 secondes à répondre à la question.

En revanche, dans l’autre groupe quand il s’agissait de convertir de la perte vers le gain (groupe 2), les participants mirent en moyenne 11 secondes à répondre à la question!

Il est donc mentalement plus difficile et plus long de partir du négatif pour aller vers le positif. Nous devons littéralement travailler plus dur pour voir les choses de manière positive car nous avons une tendance naturelle à aller vers le négatif.

L’économie: un sujet concret

Pour illustrer à quel point il nous est difficile de changer d’opinion et de regagner notre confiance à partir d’une expérience négative, il suffit d’observer nos réactions depuis la crise économique de 2007.

Tout le monde se souvient de cette année catastrophe où l’économie s’est effondrée. Mais savez-vous que tous les indicateurs principaux sont revenus à la normale depuis 2010?

Pourtant, les mots récession, crise économique et banqueroute résonnent encore dans nos vies aujourd’hui. Nous avons perdu confiance et il est très difficile pour nous, maintenant que nous voyons l’économie à travers le cadre de perte, de nous faire changer d’avis.

On remet facilement en doute les indicateurs et on se concentre sur les preuves qui disent que tout va mal. Cela engendre un climat de sinistrose qui se répand dans nos vies comme une traînée de poudre.

Il est beaucoup plus difficile de changer notre vision de l’économie, que l’économie elle-même.

Vidéo complémentaire

Les informations des paragraphes précédents sont extraits de la conférence TED réalisée par Alison Ledgerwood. Vous la trouverez ci-dessous (en anglais sous-titré). Elle contient d’autres résultats de recherches que je n’ai pas évoqués.

Impossible de passer à la pensée positive?

“Entre possible et impossible:

deux lettres, et un état d’esprit.”

Charles de Gaulle

Maintenant que nous savons qu’il faut travailler dur pour changer notre état d’esprit, il est temps de mettre en pratique des exercices simples et récurrents pour nous tirer vers le haut et passer à la pensée positive.

L’objectif est de booster notre bonheur, notre bien-être et même notre santé par extension.

Parmi les pratiques efficaces et recommandées par les chercheurs eux-même on trouve:

  • La gratitude: écrire pendant quelques minutes chaque jour les choses pour lesquelles on est reconnaissant;
  • Partager les bonnes nouvelles autour de soi;
  • La bienveillance (tu peux lire un article complet sur ce sujet en cliquant ici)
  • Apprendre à arrêter notre propre discours négatif pour se poser la question: d’accord il y a tout ce négatif, mais qu’est ce qui est aussi là et positif?
  • Arrêter de pratiquer la patate chaude: j’ai reçu une remarque qui m’a blessé, je fais une remarque qui va blesser, cette personne va aussi faire la même chose à quelqu’un d’autre. Tout le monde se brûle!

Notre esprit est peut-être conditionné à voir le côté négatif des choses. En revanche, nous pouvons l’entraîner à se concentrer en priorité sur le positif. C’est la que la pensée positive entre en jeu.

Exercice pratique de pensée positive

Voici un exercice simple à réaliser, quotidiennement, pour pratiquer la pensée positive.

La première étape devrait être mise en place le matin. Prendre un peu de temps pour élaborer ou sélectionner la pensée positive qui nous accompagnera aujourd’hui.

Ensuite, s’installer confortablement sur une chaise, le dos droit, dans une posture digne. Fermer les yeux, inspirer profondément par le nez et souffler franchement par la bouche trois fois.

Reprendre sa respiration normale en l’observant là où elle est le plus perceptible pour nous: le ventre, la poitrine, les épaules. Compter 10 respirations.

Répéter cinq fois dans notre tête la pensée positive du jour calmement, en pesant bien tous les mots et leur signification.

Visualiser comment cette pensée positive va se matérialiser dans notre journée. Prendre trois situations différentes, qui vont à priori se présenter, et lors desquelles nous pourront mettre en pratique cette pensée positive.

Ouvrir doucement les yeux, s’étirer et c’est partie pour une bonne journée!

On peut clôturer cette séance avec notre musique préférée. Calme et inspirante pour une pensée positive tournée vers la sérénité, rythmée et entraînante pour une pensée positive de motivation ou de confiance en soi.

7 pensées positives

Voici une série de 7 pensées positives que tu peux utiliser au choix si tu n’as pas d’idée ou d’inspiration.

Tu peux en changer tous les jours si tu le souhaites, ou rester concentrée sur une phrase en particulier pendant plusieurs jours. Ecoute tes réactions et observe les résultats concrets dans ta vie.

Ils t’indiqueront à quel moment il est temps de passer à autre chose. Tu pourras revenir sur une phrase plus tard, au gré de tes besoins et envies.

pensée positive amour
pensée positive confiance en soi
pensée positive concentration
pensée positive estime de soi
pensée positive sagesse
pensée positive séduction
pensée positive zen